Mondorama, une cartographie documentée des musiques du monde

Anatolian pop, le psychédélisme turc des années 1960 et 70

Au début des années 60, la société turque est en pleine évolution. Les Beatles et autres artistes du même style envahissent le pays. Parallèlement se créent des groupes locaux, d’autant plus que le plus grand quotidien national, le Hürriyet, décide en 1965 d’organiser un concours musical nommé Altın Mikrofon (le Microphone d’Or) pour les musiciens amateurs. Les règles sont les suivantes : les instruments utilisés doivent être occidentaux et électriques mais les textes sont écrits en turc et les mélodies doivent avoir des sonorités orientales. Ce concours donne l’impulsion pour la création d’une nouvelle scène musicale, encourageant les mélanges, l’hybridation de deux mondes différents. La musique est proche du rock progressif mais puise aussi des influences dans les musiques traditionnelles d’Anatolie, d’où le nom d’Anadolu pop, inventé par le claviériste Murat Ses du groupe Moğollar. Le saz devient un élément essentiel, créant un mélange est-ouest très intéressant et créant une identité propre au psyché turc. Le mouvement disparait progressivement à la fin des années 70, suite au climat politique assez troublé. En 1980, les militaires de droite prennent le pouvoir et imposent la loi martiale. La musique rock, déjà soupçonnée d’être subversive depuis longtemps, est effacée de la carte. Le marché est rapidement envahi par de la pop sans grand intérêt et beaucoup d’artistes arrêtent leur carrière. Ils sont aujourd’hui redécouverts et fortement appréciés, les collectionneurs s’arrachant leurs albums.

 

(Un article plus complet dans Détours, juin 2012 – pdf à télécharger)

Silüetler - Lorke lorke (1966)
Erkin Koray – Cemalım (1974)
Selda - İnce ince bir kar yağar (1976)
Barış Manço - Hal hal (TRT, 1982)
Edip Akbayram - Mehmet Emmi (1976)
Moğollar – Çigrik (1971)
Cem Karaca - Namus Belası

Proche-Orient