Mondorama, une cartographie documentée des musiques du monde

Conjuntos, les ensembles de la région frontalière entre les Etats-Unis et le Mexique

La musique norteño est née au début du 20e siècle auprès des Chicanos, Américains d’origine mexicaine au Texas et auprès des Mexicains vivant dans le nord du Mexique, donc des deux côtés du Rio Grande. Les origines précises sont difficiles à déterminer: certains pensent que les rythmes de danse comme la valse, la scottische, la mazurka sont venus du Mexique et ont traversé la frontière américaine alors que d’autres pensent que ce sont plutôt les immigrants d’origine allemande et tchèque qui ont introduit ces musiques dans le sud. D’abord jouée par de petits orchestres, nommés orquestas tejanas, cette musique évolue, touche des classes sociales plus populaires et, à partir des années 1930, elle est interprétée par des conjuntos. Le conjunto réfère ici à un groupe composé d’un accordéon comme instrument principal et accompagné de bajo sexto, une guitare mexicaine à douze cordes, de basse et de percussions. Narcisso Martínez et Santiago Jimenez sont des pionniers du style tandis que Lydia Mendoza prenait une place importante sur le devant de la scène comme chanteuse, accompagnée de sa guitare ou par un conjunto. Plus tard encore, certains groupes intègrent les influences du rock’n’roll et du swing, créant un style parfois nommé « tejano » ou tex-mex, dont Steve Jordan et Flaco Jimenez sont les artistes les plus connus. Valses et polkas constituent une grande partie du répertoire instrumental tandis que rancheras, ballades et corridos forment la partie plus vocale. (ASDS)

Lydia Mendoza – Mal hombre (1934)
Narciso Martinez – Viva Laredo
Conjunto Bernal - Mi Unico Camino
Esteban Jordan – A la heavy
Flaco Jimenez – El mojado sin licencia (1975 – extrait du film "Chulas fronteras")

Amérique centrale