Mondorama, une cartographie documentée des musiques du monde

Des musiques traditionnelles en voie de disparition

Sur l’île de Grande Terre, une grande partie de la culture traditionnelle kanake a été interdite par les missionnaires chrétiens et ce n’est qu’après la Seconde Guerre Mondiale que certaines danses et pratiques ont à nouveau été autorisées. Les Iles Loyauté ont pu préserver un peu mieux ces traditions mais elles ont également été influencées par le travail des missionnaires protestants et  par l’introduction des chants choraux. Depuis les années 1970 et 80, les Kanaks ont fortement revendiqué leur identité culturelle, remettant en avant leurs traditions basées sur le respect des anciens. Le répertoire musical est essentiellement composé de danses et de chants, accompagnés par quelques instruments rudimentaires comme des paquets de feuilles ou des battoirs en écorce. Ils utilisent également des conques et des flûtes à une seule note. Des percussions corporelles, des grognements et des sifflements ponctuent également les danses.

Danseurs de Wetr
Chant et danse de l'Ile des Pins

Mélanésie