Mondorama, une cartographie documentée des musiques du monde

Mis à jour le 9 juin 2017

Forro, une musique pour servantes et chauffeurs de taxi

Première région du Brésil à avoir été découverte et explorée, le Nordeste a connu son heure de gloire au 18e siècle avec la culture de la canne à sucre mais est aujourd’hui devenu une région très pauvre. La scène musicale est très active et très variée et les styles ont des points communs: les rythmes sont fort marqués mais plus lents que dans d’autres régions du pays, l’accordéon et la guitare prennent plus de place que les percussions et les chansons sont interprétées avec l’accent nordestin assez nasal.

Le forro est une musique principalement jouée à l’accordéon, simple, festive et dansante. Inspiré de différents styles nordestins, il devient un genre à part entière dans les années 1960, mélangeant les influences du baião, de l’embolada et du côco, notamment grâce aux compositions de Jackson Do Pandeiro. Dans les zones urbaines, les clubs de forro sont des endroits importants de loisirs et de cohésion sociale pour les immigrants nordestins. Les textes des chansons sont improvisés, parlant de la vie de tous les jours, d’amour, de travail, de sexe. Le forro se danse en couple et peut être assez érotique, les partenaires se mouvant l’un contre l’autre.

Dans les années 70 et 80, le forro se popularise, se commercialise tandis que les instruments se diversifient, avec l’ajout de guitares et de synthés notamment. Les stars sont Alceu Valença, Elba Ramalho ou Geraldo Azevedo.

Aujourd’hui encore, le forro est très populaire au Brésil, notamment avec Mestre Ambrosio mais aussi dans le monde, en France par exemple où des groupes comme les Fabulous Troubadors s’en inspirent. Il existe cependant toujours un forró plus traditionnel, à l’accordéon, accompagné d’un triangle et d’un tambour. Il est joué lors de fêtes, surtout celles de la Saint-Jean, et pour le divertissement, pour oublier la vie difficile en dansant toute la nuit.

 

Retrouvez d’autres musiques du Nordeste (bumba-meu-boi, repente, embolada, côcô, baião) et une discographie plus complète dans le Parcours Brésil.

Jackson do Pandeiro, Chiclete com banana
Mestre Ambrósio, Pé-de-calçada (live à Saõ Paulo, 1997)

Amérique du Sud