Mondorama, une cartographie documentée des musiques du monde

Mis à jour le 12 mai 2015

Garifuna, l’Afrique en Amérique

Au Honduras, au Guatemala et au Belize, les communautés garifuna sont encore très actives musicalement. Leur histoire commence quand en 1635, plusieurs bateaux négriers font naufrage dans la mer des Caraïbes et que les survivants trouvent refuge sur l’île de Saint-Vincent où ils se métissent avec les Arawak, les populations autochtones. Considérés comme fauteurs de troubles, ils sont déportés par les Britanniques en 1797 et débarqués sur l’île de Roatán au large du Honduras. Cette île étant trop petite, ils se sont finalement installés au début du 19e siècle sur les côtes d’Amérique Centrale où ils vivent encore actuellement. Même s’ils ne représentent que 7% de la population du Belize, leurs traditions sont très connues et souvent enregistrées. Leur musique est clairement marquée par les origines africaines: les danses sont accompagnées de chant et de jeu de tambour, sur six rythmes principaux. Deux de ces rythmes, la punta et la paranda ont donné naissance à des musiques modernes qui sont un mélange d’influences diverses.

Lebeha Drummers – Hugu hugu (un rythme traditionnel)
Andy Palacio – Watina (chanson Garifuna mêlée d'influences contemporaines - 2007)

Amérique centrale