Mondorama, une cartographie documentée des musiques du monde

Le gamelan indonésien – une introduction au style et à l’instrument

Gamelan du Musée des Civilisations Asiatiques de Singapour

Depuis des siècles, les sons hypnotiques du gamelan ont fasciné de nombreux visiteurs occidentaux, depuis Sir Francis Drake qui a visité Java en 1580 jusqu’aux compositeurs classiques du début du XXe siècle, Debussy, Messiaen, Britten… Qui dit Indonésie, dit gamelan, même si cette musique ne se retrouve que dans une petite partie du pays, sur les îles de Java, Bali et Lombok essentiellement.

 

Désignant en même temps un style de musique et un instrument, le gamelan est un ensemble de percussions composé essentiellement de gongs et de xylophones que l’on frappe à l’aide de maillets. Les instruments sont en bronze ou en bambou, plus rarement en fer ou en bois. L’ensemble est un tout, fabriqué et accordé par un même facteur et les musiciens se partagent le jeu, en jouant chacun leurs notes qui forment la mélodie complète. Il faut le considérer non pas comme un orchestre mais comme un seul instrument fragmenté en plusieurs petits et joué à plusieurs mains – entre quatre et trente. Le jeu isolé de chacun n’aurait aucun sens. Chaque instrument a une fonction immuable, selon sa catégorie: certains ont un rôle mélodique, d’autres soutiennent le rythme, les derniers ont un rôle de ponctuation. Il existe deux systèmes tonals, le pelog qui compte sept tons et le slendro qui en compte cinq.

 

A Bali, les gamelans sont généralement attachés aux temples et ont une fonction rituelle, liée à une forme d’hindouisme typiquement balinaise mais il existe également des représentations pour le divertissement, le théâtre d’ombres notamment. Les ensembles sont souvent de grande envergure, composés d’instruments en métal ou en bambou, aux sonorités rudes et bruyantes mais d’autres sont beaucoup plus réduits – un ou deux xylophones – et jouent une musique très intimiste. Le gamelan balinais est marqué par la domination des percussions, ce qui l’éloigne des styles plus mélodiques et raffiné de Java et Sunda.

 

A Java, différents styles sont présents, déterminés par leur origine géographique. Les gamelans appartenaient aux cours royales et la musique avait une fonction cérémonielle. Au centre de l’île, dans les régions autour de Yogyakarta et Surakarta, les ensembles sont composés de métallophones et gongs mais aussi du luth rebab et de la flûte suling. Ces instruments – ainsi que les parties vocales qui font partie intégrante du répertoire – rendent le style plus délicat qu’à Bali.

 

Dans l’ouest de l’île de Java, dans la région de Sunda, les gamelans sont plus réduits en taille, composés de quelques gongs et métallophones ainsi que de la flûte suling. Ce style nommé degung possède des sonorités contemplatives et légères.

 

Ces styles seront détaillés dans plusieurs articles; la discographie présentée ci-dessous reprend des enregistrements historiques et quelques incontournables pour commencer la découverte du gamelan. Les clips ont été sélectionnés parce qu’ils montrent le jeu des instruments. (ASDS)

UNT Gamelan - Sekar Tujuh
Le gamelan de l'UdeM : un trésor qui résonne et qui rayonne... (documentaire)
Instruments of the Javanese Gamelan

Asie du Sud-Est