Mondorama, une cartographie documentée des musiques du monde

Mis à jour le 9 avril 2015

Le gwoka: une musique de percussions afro-américaine

Né au 17e siècle parmi les esclaves d’origine africaine, le gwoka est une musique de percussions qui est proche du bèlè martiniquais, de la rumba cubaine et de la musique rasin haïtienne. Il était utilisé comme moyen de communication et d’évasion mais était également une musique interprétée lors des veillées funéraires et des cérémonies traditionnelles lewoz. Il est basé sur sept rythmes différents et se joue sur deux tambours principaux qui interagissent avec les danseurs, le chanteur et le public.

Dans les années 1960, le gwoka a gagné une nouvelle importance, prenant un rôle revendicateur dans le mouvement indépendantiste et aujourd’hui encore, il est joué lors de contestations comme la grève générale du début de l’année 2009.

Esnard Boisdur interprète un gwoka proche de la tradition, en utilisant juste des percussions et le chant à répons. D’autres artistes ont tracé de nouvelles voies: Vélo et Guy Konket par exemple ont innové et sorti le genre de son contexte rural, en y introduisant notamment des percussions africaines comme le djembe, ou même de la guitare électrique. Enfin, certains musiciens  empruntent une voie plus pop, comme Ti Celeste ou Eric Cosaque.

Gwoka lors d'une soirée lewoz à Petit-Bourg
Anzala, Dolor & Vélo, Ti fi la ou té madam'

Caraïbes