Mondorama, une cartographie documentée des musiques du monde

Mizik rasin, ou le retour aux racines

Dans les années 1970, divers musiciens sont retournés aux racines du vaudou et de la musique rara et ont combiné ces rythmes avec des musiques plus actuelles comme le rock, le funk ou le reggae. Ce style a été nommé « mizik rasin » ou « musique racine » et a une forte connotation politique et de lutte culturelle, réaffirmant l’importance de la langue créole. Ce rythme a inspiré de nombreux musiciens comme le groupe Boukman Eksperyans qui utilise les percussions traditionnelles mais aussi des guitares électriques et des synthétiseurs. Plusieurs morceaux du groupe ont été interdits dans les années 1990 parce qu’ils étaient considérés comme trop critiques par les autorités. « Ke’m Pa Sote » (qui signifie « Je n’ai pas peur ») a été un morceau très populaire lors du carnaval de Port-au-Prince de 1990 et a été compris comme une critique du gouvernement militaire corrompu du Général Prosper Avril. (ASDS)

Boukman Eksperyans - Ke'm pas sote (1990)
RAM - Fey

Caraïbes