Mondorama, une cartographie documentée des musiques du monde

Musiques afro-colombiennes: champeta, currulao, bullerengue

Dans certaines régions du pays, il existe des communautés à forte population d’origine africaine. Leur histoire commence il y a 500 ans avec l’arrivée des premiers bateaux négriers. Des esclaves se révoltent et fondent les « palenques », des villages qui regroupaient les fugitifs. Ces populations se sont moins mélangées avec les indigènes et les Européens et ont créé une musique très proche de leurs origines africaines. Il existe deux communautés importantes, celles de la côte pacifique et celle de la côte atlantique. La première, située dans la région de Choco, est connue pour le currulao, une musique largement liée aux rituels religieux qui fusionnent le culte des esprits africains aux saints du catholicisme. Ce style fait plus penser à l’Afrique qu’à l’Amérique Latine. Il se joue traditionnellement à quatre, aux percussions (tambour, shaker) et marimba qui ressemble au balafon africain. Les différentes couches et rythmes se superposent et se complètent.

Cartagena, sur la côte des Caraïbes, un des ports les plus importants pour le commerce des esclaves, a également été une zone propice aux palenques. Celui de San Basilio est un des plus connus. Les descendants des esclaves y ont façonné des styles de musique comme le bullerengue ou la chalupa et ont développé des rites funéraires aux sonorités très africaines. Plus récemment est né un style qui ne peut pas renier ses origines, la champeta criolla qui a été influencée par les soukous congolais, le compas haïtien, le zouk antillais et le reggae / ragga jamaïcain. Ce style a été diffusé par les picos, les soundsystems locaux qui passaient des disques et laissaient également la place aux artistes du coin. (ASDS)

Grupo Naidy – Adios guapi
Las Alegres Ambulancias - Me duele
Petrona Martinez - La Vida Vale la Pena
Toto la Momposina – Margarita
Wganda Kenya – Pim Pom
El mete mono - El Pupy
Choc Quib Town – Somos Pacifico

Amérique du Sud