Mondorama, une cartographie documentée des musiques du monde

Musiques berbères – Amazighes de l’Atlas

Bnet Marrakesh

Dans le sud-ouest du pays, les poètes chanteurs chleuh de l’Atlas et de la région de Souss, les rwâyés et les raysat, sont les hommes et les femmes exerçant cette activité semi-professionnelle. Le râyes est le chef ou le maître. Le chanteur s’accompagne sur une vièle monocorde, les autres l’accompagnant sur luth, cloche et percussions. Ces paysans montagnards ne font leur tournée qu’à certains moments de l’année; le reste du temps, ils retournent à leurs tâches. Leur répertoire est complexe, comprenant plusieurs éléments utilisables ou non selon les circonstances de lieu, de public et de fonction. La poésie chantée par le râyes est le seul élément indispensable. Elle a pour but d’émouvoir sur base d’une phrase mélodique reprise par le chœur et abordant de multiples thèmes : amour, religion, vie agraire, vie sociale mais aussi commentaires sur les évolutions récentes de la vie des Chleuhs. La danse est aussi un élément important dont le moment le plus dense est le tremblement des épaules.

 

Chez les Berbères de l’Atlas, la danse et fête collective porte le nom de ahidus dans le nord-est (Moyen Atlas et une partie du Haut-Atlas), zone habitée par les Berabers, et le nom de ahwash dans le sud-ouest (Haut-Atlas et Anti-Atlas) où vivent les Chleuhs. Les principes sont cependant les mêmes, les différences étant formelles. L’ahidus se danse sur des rythmes à deux et cinq temps, l’ahwash étant binaire. Les joueurs de tambours ont tous un rôle identique dans l’ahidus alors que ceux de l’ahwash peuvent avoir des rôles différents. De plus, les tambours de l’ahidus ont un timbre, soit des fils tendus sur la peau du tambour allun, que n’ont pas ceux de l’ahwash. L’ahidus connaît plusieurs formes selon les groupes berabers. Il se danse en cercle ou en ligne. Un poète lance le chant, repris par le chœur, et entame une joute entre poètes chanteurs. Le registre des chanteurs est toujours aigu et la voix se fait hululante. La danse est très collective, le contexte est festif. Les chants sont repris par les chœurs.

 

L’ahwash des Chleuhs est une danse et une fête collective présentant également de nombreuses variantes selon les populations et les endroits. Cette danse se pratique principalement aux mariages. On danse souvent la nuit dans une disposition correspondant à la ronde en chaîne continue ou en deux chaînes ouvertes évoluant face à face. Dans l’Anti-Atlas, on distingue l’ahwash des hommes de celui des femmes. Dans le Haut-Atlas central, hommes et femmes chantent et dansent ensemble. Les chants se relaient entre les deux groupes, en solo puis en chœurs avec tambours.

 

Ahwash et ahidus sont les danses chantées, expressions essentielles des communautés berbères, incluant poésie, rythmes et danses. (Etienne Bours)

Bnet Marrakech AU SATELLIT CAFÉ PARIS
HMAOUI ABD EL HAMID ATLAS
Raïssa Fatima Tabaâmrant @ Festival Gnaoua 2010 (I) Pt.1
Fatima Tabaamrant : Atay nboukhatem - 2010 (Azul N'rebi)
oudaden "Ayatbir lidar tasa"

Afrique du Nord