Mondorama, une cartographie documentée des musiques du monde

Musiques classiques – une tradition indo-pakistanaise

Mohammad Sharif Khan

Le Pakistan est nourri par les mêmes racines musicales que le nord de l’Inde, partageant la tradition classique hindoustanie. L’interprétation des ragas est au centre de la pratique musicale, qu’ils soient instrumentaux ou chantés. Un raga est en même temps une échelle de notes ascendantes et descendantes et une mélodie, une composition ainsi que toutes les combinaisons possibles. Il est constitué de 5 à 7 notes, dont certaines sont dominantes, et évoque des états d’âme ou « rasa », allant de l’amour à la peur. C’est à partir de ces notes fixes que le musicien a le loisir d’improviser.

 

A Lahore tout particulièrement, des musiciens ont préservé l’essence des ragas. Ils diffèrent de leurs voisins indiens par leur pureté; le pays a en effet moins été touché par les influences modernes et occidentales. Ils sont cependant moins joués et moins populaires qu’en Inde, et quand ils sont chantés, ils diffèrent par le choix des textes qui sont issus de la tradition islamo-persane.

 

Sitar, sarod et rubab (d’origine afghane) sont les instruments le plus fréquemment joués par des artistes qui ont développé une carrière nationale et internationale. Citons par exemple Mohammad Sharif Khan Poonchwala (1926-1980) et son fils Ashraf Sharif Khan Poonchwala, Asad Qizilbash qui vit maintenant en Belgique et Mohammad Subhan Rathore.

 

Le khyal (ou khayal) est la version chantée du raga qui permet l’expression des émotions et des idées musicales. Ses origines sont incertaines, il date peut-être du 15e siècle et était populaire au 18e siècle à la cour du moghol Mohammed Shah à Delhi. Il est chanté par des hommes et des femmes, même s’il est souvent considéré comme plutôt féminin. Les thèmes sont l’amour romantique et la dévotion religieuse. Ils sont basés sur un répertoire de chansons courtes, de deux à huit vers. Le chanteur utilise cette composition comme matériel brut sur lequel il peut improviser. Il est accompagné d’un harmonium, d’instruments à cordes comme le sarangi ou le violon et de percussions. Très populaire en Inde, il est également diffusé au Pakistan avec des artistes comme Salamat Ali Khan (1934-2001) ou Ghulam Hassan Shagan (1928-2015). (ASDS)

Mohammad Sharif Khan - Sitar - Raga Surparda
Ashraf Sharif Khan- Raag Shivranjani
Salamat & Nazakat Ali Khan (2) Raga Kalavati
Ustad Ghulam Hassan Khan Shaggan - Raag Darbari
Refugees for Refugees : Asad Qizilbash (sarod) - Darbari

Asie du Sud