Mondorama, une cartographie documentée des musiques du monde

Mis à jour le 13 mai 2015

Mythes et légendes du Kalevala

La musique la plus ancienne en Finlande, datant de plus de deux ou trois mille ans est de tradition orale, basée sur un large répertoire de poèmes épiques appelés runos et  rassemblée en 1835 (en pleine période romantique) dans un livre nommé Kalevala. Ce corpus  de 50 poèmes raconte l’histoire mythologique et fantastique de la création du monde ainsi que celle de héros, de Kalevala et ses fils, en quête d’un objet magique, le sampo. Le chant des runes est nommé runolaulu; il est basé sur l’allitération et n’a pas de structure strophique. Il ne se limite pas aux thèmes épiques et mythologiques mais parle aussi de la vie quotidienne, d’amour, de mort, etc. A partir du 17e siècle, le runolaulu cède progressivement sa place à un chant à rimes et strophique, le rekilaulu (littéralement, chant de traîneau). Il pourrait être dérivé du Reigenlied ou chanson de ronde allemand. Ces chants ont souvent été accompagnés par le kantele, un genre de cithare à cordes pincées.

Dans les années 1980, les anciennes traditions orales avaient quasiment disparu, malgré les nombreux collectages.  En 1983, les sœurs Mari et Sari Kaasinen forment un groupe de jeunes filles pour faire revivre ces chansons anciennes, s’accompagnant au kantele. Le groupe s’appelle Värttinä et comptera jusque 20 membres, habillés en costumes traditionnels.

A la même époque, des étudiantes de la Sibelius Academy (dont Maria Kalaniemi) fondent le groupe Niekku avec qui elles créent une nouvelle musique finlandaise sur base des traditions. D’autres groupes suivent le mouvement, comme Suden Aika, Gjallahorn et Tallari.

Tellu, Tuolla mun kultani / Yonder my sweetheart (chant de style rekilaulu)
Gjallarhorn, Suvetar (chant runique de Carélie pour accueillir la déesse du printemps et de la fertilité)
Värttinä, Seelinnikoi

Europe du Nord