Mondorama, une cartographie documentée des musiques du monde

La Grèce

Située à l’extrémité sud de la péninsule des Balkans, la Grèce est un pays du bassin méditerranéen, bordé à l’ouest par la mer Ionienne et à l’est par la mer Égée. Outre la Grèce continentale, le pays se compose de la presqu’île du Péloponnèse et d’un grand nombre d’îles, qui représentent un cinquième de la superficie totale de la Grèce. La musique de la Grèce est l’héritage complexe d’une histoire plusieurs fois millénaire. L’Antiquité a vu l’essor des cités grecques, entités indépendantes et  souvent rivales pour culminer avec l’impressionnant territoire de l’empire d’Alexandre le Grand qui s’étendait de la Macédoine à l’Inde en passant par l’Egypte et l’Iran (anciennement la Perse, l’ennemi de toujours des cités grecques). Le pays connaîtra ensuite la défaite et l’occupation romaine, même si les historiens s’accordent à dire que la civilisation grecque triomphera sur ses vainqueurs qui en adopteront la culture et les arts. L’empereur Constantin ira jusqu’à faire de la ville de Byzance, l’actuelle Istanbul, alors rebaptisée Constantinople, la capitale de la partie orientale de l’empire romain. Le déclin de l’Empire romain d’Occident verra la montée de l’Empire Byzantin qui dominera la région de l’an 395 à 1204, année où la capitale sera conquise et pillée par les croisés.

 

Grandement affaibli, morcelé, le pays cédera en 1453 à l’invasion ottomane, et débutera alors une occupation qui durera jusqu’à la victoire de 1830 qui mettra un terme à la longue guerre d’indépendance entreprise en 1812. Durant cette période, le nationalisme et la théorie de la grande idée, base de l’irrédentisme grec, dominera les pensées. Les relations difficiles avec l’Orient se poursuivront avec le génocide des grecs pontiques pendant et après la Première Guerre mondiale, la perte des territoires d’Asie Mineure (la « Grande Catastrophe ») et l’échange tragique de population entre la Grèce et la Turquie (1922-1923). Une guerre civile éclatera ensuite après la Seconde Guerre mondiale, qui se terminera par une défaite des communistes et des partisans anti-nazis et l’instauration d’une monarchie totalitaire, d’inspiration néo-fasciste, soutenue par l’Angleterre, puis d’une dictature militaire, le régime des colonels, qui se terminera en 1974 avec le retour à la démocratie.

 

L’histoire de la musique grecque reflète bien évidemment cette histoire tourmentée, et constitue un point de friction, et de mélange, entre l’Orient et l’Occident. La musique occidentale n’aura qu’une influence tardive sur les traditions grecques qui se constitueront avant tout sur leurs répertoires propres ainsi que sur un héritage partagé avec les autres traditions de la région : turques, islamiques ou persanes, ainsi que slaves et albanaises. (Benoit Deuxant)


Europe du Sud