Mondorama, une cartographie documentée des musiques du monde

L’Afrique du Sud

Bo-Kaap, Schotsche Kloof, Cape Town, South Africa, une photo de Devon Janse van Rensburg (via Unsplash)

 

Pays situé à l’extrémité australe du continent africain, l’Afrique du Sud partage des frontières avec la Namibie, le Botswana, le Zimbabwe, le Mozambique et l’Eswatini (Swaziland). Le Lesotho est enclavé dans son territoire. Au sud, les côtes sont baignées par les océans Atlantique et Indien. Environ 80% de la population est d’ascendance noire africaine, appartenant à de multiples ethnies, tandis que les autres groupes se partagent entre Européens et Asiatiques. Ceci a créé une société multiraciale composées de langues, cultures et religions distinctes.

 

Le territoire est probablement un des plus anciens au monde à avoir été habité par l’homme. Au fil du temps, les groupes Khoisan des origines ont été remplacés par les populations bantoues. En 1487, le navigateur portugais Bartolomeu Dias est le premier européen à contourner le Cap de Bonne-Espérance et en 1652, la Compagnie hollandaise des Indes orientales installe une station de ravitaillement au Cap, marquant l’installation définitive des Européens en Afrique du Sud. Les Britanniques en font une puissance coloniale en 1806, après avoir marqué leur intérêt dès 1795. Le 19e siècle sera marqué par diverses guerres, notamment contre les Zoulous et les Boers (des fermiers libres d’origine franco-néerlandaise). Le pays accède finalement à l’indépendance en 1910.

 

En 1948, le parti national remporte les élections et instaure le régime de l’apartheid qui institutionnalise la ségrégation déjà entamée lors des régimes coloniaux hollandais et britanniques. Ce régime restera en place jusqu’en 1991 et sera marqué par de nombreux troubles comme le massacre de Sharpeville en 1960 et les émeutes de Soweto en 1976. Nelson Mandela, emprisonné en 1963 devient la figure de proue de la résistance contre l’apartheid. Le pays a connu une longue période de boycott, y compris de la musique mais certains artistes l’ont contourné, notamment Paul Simon qui a sorti le disque Graceland en 1986, lançant un mouvement de reconnaissance et de diffusion de la culture sud-africaine. Le pays a toujours été riche en styles, des musiques traditionnelles à des mélanges d’origine occidentale qui se sont africanisés au fil du temps, des chants a cappella zoulous au marabi ou au mbaqanga. Depuis la fin de l’apartheid, des nouveaux styles ont vu le jour, souvent teintés d’électronique, du bubblegum au kwaito, en passant par le Shangaan electro et le gqom. (ASDS)


Afrique australe