Mondorama, une cartographie documentée des musiques du monde

L’Allemagne

Berlin – Alexanderplatz – une photo de fabonthemoon

 

Bordée au nord-ouest par la mer du Nord et au nord-est par la mer Baltique, l’Allemagne se partage entre la plaine d’Europe du Nord et les plateaux qui rejoignent la chaîne des Alpes au sud. Ses voisins sont le Danemark au nord, la Pologne et la Tchéquie à l’est, l’Autriche et la Suisse au sud, la France, la Belgique et les Pays-Bas à l’ouest. Sa taille et sa situation géographique centrale se reflètent dans sa place au sein de la politique de l’Union européenne, et contribuent à sa puissance démographique, industrielle et commerciale.

 

Le pays s’est constitué depuis l’Antiquité à travers les conquêtes de peuplades germaniques venues du nord du territoire et envahissant progressivement le sud jusqu’à entrer en conflit avec l’Empire romain. Ces peuples unifiés formeront au 10e siècle le Saint-Empire romain germanique, qui se voulait l’héritier de Rome et comprenait, outre l’Allemagne actuelle, une grande partie de l’Europe centrale, des Pays-Bas au nord de l’Italie, en passant par la Bourgogne, l’Autriche et la Hongrie. Ses frontières ont énormément fluctué au cours du temps et son histoire a été agitée par de nombreux conflits, notamment les guerres de religions opposant le catholicisme et les différents mouvements de la Réforme protestante, initiés au 16e siècle à divers endroits de l’Empire.

 

Le Saint-Empire a été dissous en 1806 et fut remplacé par une Confédération germanique dont l’histoire refléta l’opposition entre l’Autriche et la Prusse. En 1867, le divorce entre les deux est prononcé et la Confédération d’Allemagne du Nord est instaurée, qui devient l’Empire Allemand en 1871. L’histoire du 20e siècle est bien évidemment marquée par les deux guerres mondiales, celle de 1914 à 1918 et celle de 1939 à 1945, dont l’Allemagne a été un des principaux protagonistes.

 

Après sa défaite en 1945, le pays a été condamné à être divisé en deux états distincts, la République fédérale à l’ouest et la République démocratique à l’est. Leur séparation, et le Mur de Berlin qui coupait la ville en deux, a représenté pendant les nombreuses années de la guerre froide la division entre le bloc de l’Ouest, démocratique et capitaliste, et le bloc de l’Est, d’obédience communiste et placé sous le contrôle plus ou moins direct de l’Union Soviétique. Le pays fut réunifié en 1990 lorsque se sont effondrés l’URSS et la plupart des régimes communistes d’Europe.

 

La musique traditionnelle allemande a fortement souffert des deux grandes catastrophes idéologiques qui ont frappé le pays : le régime nazi et le régime communiste. Tous deux ont cherché à utiliser la musique populaire comme une force identitaire, tout en la réduisant à des schémas propagandistes, reniant les variations locales (de langue comme de musique) au nom de l’unité nationale, et occultant l’influence de groupes de population importants comme les Juifs et les Slaves.

 

La musique folk a toutefois réussi à effectuer un retour à partir des années 1960 et à connaître un très grand succès dans le pays, sans toutefois réussir (voire chercher) à s’imposer à l’extérieur. Le pays connait toutefois une scène très populaire de cabaret, remontant à l’entre-deux-guerres, et plus généralement de chanson en langue allemande. Il a vu également naître quelques genres musicaux basés sur les traditions locales, notamment bavaroises, mais aussi sur un intérêt pour d’autres musiques, comme celle des populations émigrées de Turquie et des Balkans, ainsi que pour la musique klezmer. (BD)


Europe de l'Ouest