Mondorama, une cartographie documentée des musiques du monde

Le Ghana

Centre d’Accra, Ghana, une photo de Muntaka Chasant (via wikicommons)

 

La République du Ghana est un pays d’Afrique de l’Ouest, bordé au nord par le Burkina Faso, à l’ouest par la Côte d’Ivoire et à l’est par le Togo. La capitale, Accra, se trouve au sud sur la côte du Golfe de Guinée. L’histoire du pays avant l’arrivée des premiers colonisateurs est mal connue. Une civilisation (à ne pas confondre avec l’empire du Ghana, qui s’étendait bien plus au nord) semble avoir habité le territoire mais elle avait en grande partie disparu lorsque les Portugais ont installé leurs premiers comptoirs sur la côte et commencé à exploiter le commerce de l’or et des esclaves. Ils seront chassés par les Hollandais qui seront à leur tour balayés par les Anglais. Ce sont ces derniers qui entameront la conquête de l’intérieur des terres, après une série de conflits avec l’empire ashanti.

 

Indépendant depuis 1957, le pays a connu une première période optimiste sous la direction du leader panafricain Kwame Nkrumah, avant de sombrer dans l’instabilité entre 1966 et 1980 suite à une succession de coups d’état. Le dernier en date amènera au pouvoir Jerry Rawling qui assurera une transition démocratique vers le système que le pays connaît aujourd’hui.

 

Le Ghana est peuplé par six groupes ethniques principaux, les Akan (dont les Ashanti et les Fanti) au centre et au sud, les Ga et les Adangmés autour d’Accra, les Guangs dans les forêts du centre, les Dagombas, les peuples de langue gourounsi, les Gonjas et les Maprusis au nord. Il existe neuf langues nationales mais l’anglais est la langue officielle du pays.

 

Outre la grande richesse mélodique et rythmique de ses musiques traditionnelles, le Ghana est avant tout connu pour le highlife, une forme de fusion entre les rythmes africains, les guitares des marins Kru et les influences afro-cubaines et européennes. Ce style a évolué au cours du temps, depuis ses origines dans la palmwine music des années 1920 jusqu’aux dance-bands des années 1930-40, puis son électrification dans les années 1950-60 pour donner naissances à plusieurs nouveaux genres comme le hiplife (mélange de highlife et de hip hop) ou le revival lancé par l’importante diaspora émigrée en Europe durant les troubles des années 1970. (BD)


Afrique de l'Ouest