Mondorama, une cartographie documentée des musiques du monde

L’Italie

Péninsule à la célèbre forme de botte, l’Italie se situe au cœur de la Méditerranée, et s’est longtemps auto-proclamée le centre du monde. Héritière d’une longue et riche histoire qui l’a vu régner pendant plusieurs siècles sur un empire romain qui contrôlait la majeure partie du bassin méditerranéen, l’Italie a connu une suite complexe de civilisations diverses, depuis les Étrusques jusqu’aux invasions barbares. L’approche classique de la musique traditionnelle italienne est soit de l’imaginer comme un ensemble hétéroclite de styles locaux isolés soit de concevoir l’Italie comme divisée entre les traditions du nord et celles du sud. Cette vue reflète la vision communément répandue d’un contraste inconciliable entre le Nord industrialisé et moderne, et le Sud pauvre, patriarcal et rural, aux cultures radicalement antinomiques. Si une simple analyse des influences musicales extérieures peut sembler au départ corroborer cette dernière vision, avec une influence grecque, turque et arabe plus sensible au Sud et des emprunts à la France ou à l’Allemagne plus typiques du Nord, la réalité est toutefois plus complexe. Plusieurs styles ont ainsi traversé le pays de part en part au cours des siècles et ont laissé leur marque sur quasi toutes les régions du Bel Paese. Des pratiques comme le chant polyphonique ou des instruments comme la zampogna ont un équivalent dans chacune des vingt régions, et la musique reflète l’alternance historique d’union et de désunion du pays. De la Pax Romana aux villes ennemies de la Renaissance, en passant par les différentes occupations, par l’Empire Austro-Hongrois au Nord et par les Bourbons au Sud, pour arriver à la réunification de 1870, les régions ont souvent eu l’occasion de développer une culture propre, mais cela ne signifie pas pour autant qu’elles soient restées isolées, sans contact entre elles. (Benoit Deuxant)


Europe du Sud