Mondorama, une cartographie documentée des musiques du monde

Mis à jour le 9 juin 2017

Tropicalisme, guitares électriques et envolées psychédéliques

Originaires de différentes villes du Nordeste, Caetano Veloso, sa sœur Maria Bethania, Gilberto Gil, Gal Costa et Tom Zé se rencontrent au début des années 1960 autour de l’Université de Salvador de Bahia. Ils se regroupent pour inventer un nouveau courant musical qui mâchonne et régurgite toute une série d’influences hétéroclites : choro du XIXème siècle, chansons mélodramatiques des années 1930, humour tarte-à-la-crème des comédies musicales des années 1940 ou de l’ultra-populaire comique de télévision Chacrinha et – surtout – les guitares électriques et les envolées psychédéliques des Beatles (découverts par Gilberto Gil en 1966) et des rockeurs yéyés de la « jeune garde » locale (Jovem Guarda) autour de Roberto Carlos. En juillet 1968 sort l’album-manifeste Tropicália, ou Panis et circensis qui réunit Gil, Veloso, Tom Zé, Gal Costa, mais aussi le très jeune groupe psychédélique Os Mutantes et l’arrangeur Rogério Duprat. Leur propos est engagé durant une période où les droits civiques sont menacés et Caetano Veloso et Gilberto Gil, après deux mois d’isolement et une assignation à résidence à Salvador, sont poussés à l’exil au début de 1969.

Mouvement de courte durée, le tropicalisme aura jeté les bases de la MPB, la Musica Popular Brasileira.

 

(d’après le texte de Philippe Delvosalle dans le Parcours Brésil, avec une discographie plus complète)

Caetano Veloso, Tropicália (1968)
Os Mutantes, Panis et circenses (live à la tv française, 1969)

Amérique du Sud